Blog de Mondestin Sony Pascal /Okap

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, août 26 2015

Un nouveau artiste capois!!! Qui mérite bien votre attention...(Jeffté)

Gadel epi wa di saw panse......

10686650_747265162023398_5805824402313652912_n.jpg

11875135_714301422008988_7322834809282024105_o.jpg

11074480_804268886323025_4067398702275047770_n.jpg

Vidéo (Yon ti bo)

Bravo Jeffté et continues sur ce chemin mon ami....

MONDESTIN SONY PASCAL, Cap-Haïtien, Haïti

Tel: 50944774331 / 50933954148

samedi, février 7 2015

INVITATION SPECIALE A LA POPULATION CAPOISE au collège l'Essor

Le plaisir du carnaval est au collège l'Essor ce samedi 14 février 2015.

Venez tous en foule, pour fêter la Saint-Valentin avec les filles du collège et déguster de très bon chocolat avec CHALE...

10429284_1041706562523148_2915380270833414779_n.jpg

BIENVENUE A TOUS

MONDESTIN Sony Pascal: (509)44774331 / (509)33954148

mercredi, novembre 20 2013

Leo Messi recevoit le Soulier d'or aujourd'hui

Leo_Messi.jpeg

MONDESTIN Sony Pascal

lundi, août 19 2013

Fanm MIAMI ap byen fel nan RARA LAKAY

Sa bon wi

Mondestin Sony Pascal: (509)3795-1335 / 33954148

mercredi, mai 22 2013

Anbyans Chapooooooo!!!!!!!!!!!!!

Bravo Anbyans et continue ainsi. Que tous les autres groupes du Cap-Haïtien prennent exemple de ce qui est bon et juste.

Go Anbyans... Goooooooooooo

Bravo au staff eet à toue l'équipeeeeeeeeeeeee

vendredi, novembre 30 2012

Un geste pour la culture haïtienne!!!!!!

Je me demande jusqu’à quand la culture haïtienne aura la chance de se fait vénérer et honorer à travers le monde entier et en particulier face à sa propre patrie, sa propre nation et ses enfants. Prenons l'exemple de cette danse d'Afrique; appelée ZOULOU:

Définition:La danse ZOULOU est une activité physique qui fait le lien entre les fonctions vitales (battements du coeur - respiration) et le rythme de la danse africaine. C'est une danse pratiquée pieds nus, elle est à base de pas glissés, de pas traînés, on frappe des pieds dans la terre, les genoux sont fléchis, le dos en avant (la courbe du corps est une position typiquement africaine, il suffit de se référer à leur physionomie pour la comprendre). La frappe des mains, les cris, le sol, les sauts et les ondulations sont aussi utilisés. C'est une danse qui requiert une grande agilité du corps.

mercredi, octobre 17 2012

UN REVOLUTIONNAIRE NE SAURAIT OUBLIER JEAN-JACQUES DESSALINES

Le 17 octobre 1806,les masses haïtiennes, exploitées et dominées, les esclaves du monde entier de l’époque, mais aussi les progressistes du monde colonial qui aspiraient à l’indépendance, ont subi une perte terrible: DESSALINES est mort du complot orchestré par les deux leaders des nouvelles classes dominantes du nouvel État d’Haïti :CHRISTOPHE REPRESENTANT DE L’ELITE NOIRE ET PETION REPRESENTANT DE L’ELITE MULATRE. Il n’est pas mort au combat, comme MACKANDAL, BOUKMAN, ACAO, BENOIT BATRAVIL, RAYMOND JEAN-FRANCOIS, ALIX LAMAUTE, YANICK RIGAUD. La révolution haïtienne perdit un de ses principaux dirigeants; les masses populaires haïtiennes et les esclaves rebelles de toute l’Amérique avaient perdu un combattant très cher. Quel que soit le temps ou l’espace, un révolutionnaire doit emboîter les pas de ce géant. Qui des révolutionnaires internationaux n’auraient été, ne sont touchés par son idéal, son courage et sa sincérité? Avec CAPOIS LA MORT, et mieux que quiconque dans le monde d'aujourd'hui, il a su incarner les vertus fondamentales du révolutionnaire: la loyauté prioritaire à l'égard des déshérités; la résolution farouche de mettre ses actes en conformité avec ses convictions. Convaincu que la présence des anciens colons français dans le nouvel État indépendant et celle des colons espagnols esclavagistes à l’Est constituaient une menace pour la révolution fraîchement victorieuse, il dirigea lui-même le massacre de ces anciens colons français et la campagne de l’Est. Des historiens au solde des classes dominantes minimiseront sa mort et certains ne comprennent pas jusqu'à date qu’il est mort parce qu’il souhaitait une société haïtienne équitable; qu’il est mort parce qu’il procédait à la vérification des titres de propriété; qu’il est mort parce que les grands généraux noirs et mulâtres accaparaient tous les biens vacants. Ils ne comprendront jamais qu'il est mort parce qu'il aimait passionnément les hommes et sa propre culture(jusqu’a date des conformistes le traitent de populiste parce qu’il adorait danser la danse populaire-tandis que Paul Magloire est considéré par eux comme un bon vivant parce que lui, il dansait les musiques de salon); qu'il est mort pour éviter que les colons et les capitalistes viennent dans le pays exploiter les travailleurs; qu’il est mort parce qu’il ne voulait pas que la nation soit occupée par les impérialistes; qu'il est mort pour sauver les enfants de son pays de la mort précoce, des milliers d'opprimés de souffrances inhumaines et inutiles, auxquelles les condamnait un régime déjà condamné par l'Histoire. La réaction triomphe. Cependant, les Généraux Christophe et Pétion, aux mains rouges du sang des travailleurs du Royaume du Nord et de la République de l’Ouest, n’ont pas osé célébrer sa mort. Les progressistes et révolutionnaires doivent aujourd’hui encore continuer à chérir le souvenir de ce grand révolutionnaire, car il a donné sa vie pour la libération des classes opprimées. Si l’imaginaire entourant la Révolution haïtienne est si riche en mythes et symboles de toutes sortes, c’est que les révolutionnaires s’inventent au fil des événements et façonnent une série de représentations qui leur servent à penser la nouvelle société qu’ils prétendent construire à neuf. Comme tout grand récit, la Révolution finit par se doter de héros réputés avoir contribué à la fondation, à la conduite ou au maintien de la nation. De toutes les grandes figures révolutionnaires, Dessalines est sans doute celui qui se distingue le plus, non seulement parce qu’il représente la Phase la plus radicale, Le plus populaire et la plus violente de la Révolution, mais aussi, voire surtout, parce qu’il en vient à incarner la Révolution elle-même, dans ce qu’elle a de plus utopique, de plus extrême. Dans ses principes, la Révolution prolétarienne est incompatible avec tout culte du héros : la transformation socialiste comme phase transitoire de la société communiste doit précisément empêcher à un homme de s’élever au-dessus des autres. L’héroïsation bourgeoise doit être rejetée, en même temps que toute forme de domination d’une figure individuelle sur la collectivité. Ce discours égalitaire et ce nivelage apparaissaient déjà clairement dans une chanson révolutionnaire de la sans-culotterie où il est explicitement dit : Il faut raccourcir les géants, Et rendre les petits plus grands, Tous à la même hauteur, Voilà le vrai bonheur révolutionnaire. Deux cent six ans après sa mort, après une longue période ou les classes dominantes ignorent la pensée dessalinienne, nous voulons maintenir en vie l’homme à travers ses actes, ses prises de position .Nous nous efforçons à le faire connaitre par les masses laborieuses. Mais, au-delà de l’héros, au-delà de toute les mensonges orchestrés par des historiens sans vergognes, au delà des hypocrisies des classes dominantes, des chefs de l’état chaque a 17 octobre c’est l’homme qu'il nous faut (ré)découvrir. Personnage historique et non image héroïque, l'histoire et l'œuvre de Dessalines est importante à connaître. Sa vie, son œuvre est une source d'exemples, d'enrichissements théoriques et pratiques non seulement de par les succès qu'il a connu, mais également de par ses échecs et ses erreurs. Loin de tout culte de la personnalité, nous voulons restituer ici la vie et l'œuvre d'un révolutionnaire hors du Commun. Dessalines et la révolution des esclaves de 1804 méritent d’être mieux connus du prolétariat et de la jeunesse de cette époque. C’est dans le fameux livre du komite de rezistans Benwa Batravil(k.r.b.b) que l’on retrouve l’explication la plus détaillée. Ici, nous ne pouvons qu’en retracer les grandes lignes. C’est une histoire faite d’héroïsme et de sacrifices. Les masses laborieuses d’esclaves avec Dessalines a leur tête ont fini par triompher dans la lutte révolutionnaire, les grandes puissances, tour a tour, qu’étaient l’Espagne, l’Angleterre, la France. Comme tout mouvement social, le mouvement révolutionnaire des masses esclaves était traversé par différents courants de pensée. Chacun a sa façon, les représentant de ces courants dans le temps cherchent comment les décrire et les inventorier. Les idées étant des représentations humaines de la réalité sociale. QUI ETAIT DESSALINES ? Contrairement à Christophe qui dirigeait un hôtel dans la ville du Cap. Toussaint, esclave domestique, cocher qui sera affranchi par son maitre. Dessalines était un esclave des champs qui travaillait dur, jusqu'à l’âge de 31 ans, il n’a pas vécu une vie libre. Durant toute sa vie, son corps portait les traces du fouet de ses maitres. Il faisait partie des travailleurs esclaves sur lesquels reposa l’économie de Saint-Domingue. Il a connu toute sorte de sévices. Sa condition d’existence matérielle engendra chez lui, la détermination farouche de combattre ses anciens maitres avec toute la rigueur révolutionnaire que cela suscite. La première leçon que tira Dessalines au cours de ses expériences de lutte fut : LORSQUE LES MASSES EXPLOITEES SONT UNIES SUR LA BASE D’UNE ORGANISATION, ILS PEUVENT EBRANLER LE SYSTEME D’EXPLOITATION. Cette leçon viendra du congres tenu à Bois caïman dans la nuit du 13 au 14 aout 1791 et de l’insurrection des esclaves du nord dans la nuit du 21 au 22 du même mois et de la même année. LA TRAHISON DE TOUSSAINT Tout en faisant la guerre, Toussaint ne considérait pas le conflit avec la France comme une contradiction antagonique. Il faisait la guerre sur le terrain et combinait des négociations secrètes avec l’ennemi .Il recherchait toujours un compromis. Au lieu d’expliquer clairement les objectifs des ennemis de classe, d’extirper de son rang les vacillants et d’en finir une fois pour toute avec les colons qui ne souhaitaient que le retour de l’esclavage, il préférait réprimer ceux de son camp qui, comme Moise désirait aller plus loin et agissait en conséquence. LES MASSES FRUSTREES par la politique (roule m de bonda) opportuniste de Toussaint qui favorisera les blancs pour soigner son image auprès de ses supérieurs c'est-à-dire l’état français le pire ennemi des masses populaires. Cette politique de trahison expliqua la défaite de Toussaint. Ce sera une seconde leçon que Dessalines apprendra : LES DIRIGEANTS D’UNE REVOLUTION NE SONT PAS TOUJOURS SUR LA MEME POSITION QUE LES MASSES, QUAND CELA SE PRESENTE, ILS TRAHISSENT LES MASSES POUR DES INTERETS PERSONNELS.

ENTRE LA VOIX REFORMISTE ET CELLE REVOLUTIONNAIRE. La question de la transformation de la vieille société coloniale basée sur l’exploitation esclavagiste, du passage a une nouvelle société sans maitre et esclave grandissait avec une forte conviction chez les masses populaires généralement et des généraux en particuliers. Elle recevra des solutions profondément différentes : allait on cheminer vers l’autonomie dans le cadre de reformes limitées fondées sur une entente entre colons-bourgeoisie française et les grands généraux noirs, elle-même réalisée sur le dos des masses paysannes pauvres contraints de travailler pour enrichir ses ennemis de classe en échange de l’abolition de l’esclavage ? Cette voie rude de conséquence pour les masses populaires sera celle de Toussaint. L’évolution et l’aiguisement des luttes de classes entre révolutionnaires et reformistes,la position de Moyse et les initiatives autonomes du mouvement populaire, imposèrent finalement une autre voie :celle du refus de la voie réformiste ;celle de l’affirmation d’une voie revolutionnaire,c'est-à-dire d’un compromis entre anciens-nouveaux libres(noirs-mulâtres) et les masses populaires. C’est dans les vastes, terribles et complexes processus sociaux, politiques et militaires qui vont de juillet 1802 suite au message apporte par des esclaves qui réussiront a prendre le large et informèrent les saint dominguois que l’esclavage est rétablit en Guadeloupe a mai 1803 que cette voie révolutionnaire et indépendantiste se développe et s’affirme avec le plus de puissance. Des mouvements de guérilla par ci et la avec des leaders tels les Lamour Derance,Sila,Sans-Soucis,Petit Noel , Capois la Mort, Petion, Christophe et surtout Dessalines joueront dans ces mois et années un rôle fondamental. C’est ce qui fera d’eux les symboles de cette étape de la révolution et de l’indépendance nationale. Sous le commandement de Dessalines, aucun cadeau ne sera fait à l’ennemi. La violence irrésistible de son armée sera proportionnelle à celle de Rochambeau. Christophe et Petion, les deux authentiques leaders des classes intermédiaires affranchis et de ses deux ailes noires et mulâtre s’unissent avec Dessalines ancien esclave dont le radicalisme s’intégrait et se confondait avec les revendications les plus populaires et révolutionnaires. Le 18 novembre a vertieres, les masses esclaves qui ont triomphé de l’armée de Napoléon furent des héros de l’émancipation humaine : pour répéter l’auteur des jacobins des noirs. Comme toutes révolutions, la nouvelle société de la jeune république sera née au milieu des ruines : la destruction systématique des moyens de production, de toutes les richesses accumulées par trois siècles de colonisation, la mort de milliers de vies étaient le cout de l’indépendance nationale. Alors, les nouveaux dirigeants faisaient face a deux taches essentielles : 1-la consolidation par la protection militaire de l’indépendance ; 2-la reconstruction matérielle et l’organisation économique. 1-Institutionnellement, gardée l’armée populaire et la renforcée était fondamentale-Achat d’armes, de munitions, construction des forts de defense,la conquête de l’est pour enlever aux forces contre révolutionnaires une base militaire étaient des nécessités liées aux conditions matérielles de l’epoque.Il est evident,comme la Russie en 1917,la Chine en 1949 et toutes les autres revolutions,cette situation ne sera pas sans consequence.Une grande partie des ressources humaines et financières ne seront pas canalisées a des fins productives. 2-Dessalines, que Les réactionnaires et les philistins représentent bien à tort comme un médiocre administrateur ne fut autre qu’un grand visionnaire. Sous le pouvoir de Dessalines, les biens des colons seront nationalisés. Un organisme sera charge d’administrer, de contrôler la culture des biens agricoles et la mise en valeur des domaines, de centraliser la production du sucre. Telle fut la ligne politique économique tracée par Dessalines. »La proclamation de l’indépendance a eu pour effet juridique immédiat la disparition de la propriété coloniale. Le décret du 2 janvier 1804, supprime toutes formes déguisées et évoluées de la dite propriete.et, la constitution de 1805 confirme le transfert au patrimoine national de tous les biens fonciers ayant appartenu aux colons.LA CONSTITUTION DE 1805 DE DESSALINES PROCLAMA : « LA PROPRIETE APPARTIENT A LA NATION HAITIENNE ». Cette position de classe qui est de réunir entre les mains de l’état toutes les richesses des anciennes classes dominantes entra en contradiction antagonique avec les généraux noirs et mulâtres qui voulaient continuer à s’approprier de tous les biens des colons. Dessalines entendait que toute l’action politique fut employé a prévenir et, au besoin, à réprimer les abus de la richesse. Les généraux noirs et mulâtres n’eurent pas d’adversaire plus déterminé et convaincu: « les biens qui avaient appartenu aux blancs et qui auraient du rentrer dans le patrimoine de l’état, devinssent propriété de nombreux particuliers qui déjà avant la révolution avaient un bien être. On trouve des protecteurs, des complaisants, pour se faire mettre en possession de ces biens. N’est ce pas voler impunément ? Eh bien ! De même que je fais fusiller ceux qui volent des poules, des denrées et des bestiaux, je ferai mourir ceux qui permettent par complaisance qu’on se mette en possession des biens de l’etat.Qu’on ne pense pas que je parle un vain langage, car sur ma foi de Jean-Jacques, c’est ce que je ferai ». La politique agraire de Dessalines dégageait un double objectif :1-mettre les richesses agraires nationalisées sous le contrôle de l’administration des domaines afin d’enrichir le patrimoine national.2-rendre propriétaires les anciens esclaves au moyen d’une distribution équitable d’une partie des propriétés coloniales. Écoutons-le : « Nous avons fait la guerre pour les autres. Avant notre soulevement,les hommes de couleur, fils de blancs, ne recueillaient point l’héritage de leurs peres.Comment se fait il qu’après avoir expulse les colons, leurs fils réclament leurs biens ?Et les pauvres nègres dont les pères se sont restés en Afrique, ils n’auront donc rien ?Attention,negres et mulatres,nous avons tous combattu contre les blancs ;les biens que nous avons conquis en répandant de notre sang appartiennent a tous et je veux qu’ils soient distribues en toute équité ».Il n’y a que les révolutionnaires qui sachent et peuvent louer le génie intuitif et pratique de ce grand révolutionnaire qu’est Dessalines. Le rôle attribué a l’organisme d’administration des domaines constituaient la forme la plus avancée d’intervention de l’état dans la vie économique, concevable de L’époque (réf. Gérard pierre Charles, l’économie haïtienne et sa voie de développement). Sur le plan commercial, en même temps que le droit de propriété était refusé aux blancs dans le but de protéger l’intégrité nationale, il s’efforça d’orienter le commerce extérieur d’Haïti vers les marches les plus divers. Il refusa de traiter avec les anglais qui proposa une sorte de commerce monopole.il établissait avec les américains une commerce de parité. La question de la vérification des titres de propriétés fut l’expression de la lutte de classe entre deux tendances au sein des dirigeants de l’independance.Dessalines sera tué du complot orchestré par les deux composantes des nouvelles classes dirigeantes noires et mulatres.cette classe qui avant la révolution avait un bien être et désiraient le consolider. C’est l’ensemble des œuvres révolutionnaires qui explique, qu’après tant de temps, un homme comme Dessalines cristallise sur lui non seulement l’hostilité des classes dominantes et intellectuels haïtiens mais encore de manière croissante et durable, celle de la bourgeoisie française. Face aux revendications de la paysannerie pauvre et des masses populaires urbaines au cours du 19 e siècle et a l’apparition de la classe ouvrière, les classes dominantes d’Haïti vont vouloir effacer, refouler ou tout au moins défigurer et affaiblir le souvenir des idéaux dessaliniens fondes sur des idéaux de liberté et d’égalité qui se rattachent a ce compromis avec les masses populaires. On peut tuer un homme. Mais on ne pourra jamais tuer une idée qui plonge ses racines dans la réalité sociale la plus profonde. Des capois,des gonaiviens,des port au princiens,des cayens,des saint raphaelois,des jeremiens,des leoganais,des ouvriers, des travailleurs,des paysans pauvres , des etudiants,des intellectuels, des jeunes, des femmes, ils sont nombreux les militants qui déjà prêts a reprendre le sabre et le fusil tombes des mains de Dessalines au pont rouge le 17 octobre 1806.Nous avons le devoir de faire en sorte que son nom constitue tout un programme ,un drapeau, un appel a la rébellion qui résonne dans touts les dix départements et dans la diaspora. Les misérables mascarades des classes dominantes ne sauront retarde pas même d'une journée le moment de leur écroulement. L’exemple du fondateur de la patrie doit inciter les révolutionnaires haïtiens redoublé d'ardeur dans la lutte contre le semi-féodal, l'impérialisme et le capitalisme. Aujourd’hui encore, nous pleurons un grand ancêtre, un patriote révolutionnaire exemplaire, un militant héroïque. Mais nous savons que sa cause est invincible. Il est entré vivant dans l'histoire qui couvrira de mépris le nom de ses assassins. Car il incarne cette Révolution, cette émancipation définitive de laquelle toute la réalité de notre époque proclame ce que se donna comme épitaphe une autre grande victime de bourreaux abrutis, Rosa Luxembourg: J'ETAIS. JE SUIS, ET JE SERAI.

samedi, septembre 1 2012

PLUS DE 20 ANS LE CHAMPIONAT NATIONAL EN HAITI

Foot.jpegLa chute de la dictature en Haiti en fevrier 1986 n'a pas seulement libéré la parole; l'organisation du football sera "democratisée" avec l'intégration des clubs de ville de province comme membre à part entière, faisant partie de l'assemblée générale de la plus grande istance du football national.

Ce crédit est à l'actif des dirigeants de l'aigle noir(en ex:Frantz Calixte) ,de Cavaly( Patrice Dumont) de Valencia(Theagene),de Baltimore(Nono) du Tempete (Dorsainvil) du Fica (Bob Dugue) et bien d'autre.

logo_FHF.jpeg

Sans perdre de temps sur la direction d'Eddy Bertin du club Victory le championat de haut niveau sera mis sur pied en Haiti. Les critères de recrutement des clubs qui joueront la première compétiton nationale ne seront pas basées sur l'aspect sportif a proprement parlé.

Les clubs se doteront comme cela se fait dans tous les pays du monde de leur propre ligue de football pour organiser le championat national, M Yves Jean Bart grand beneficiare de la lutte de l'ensemble de ces dirigeants qui aspiraient a une meilleure organisation du sport roi en Haiti ne permettra pas a cette ligue de perdurer pour des raisons strictement personnel.Son but est de controler le foot haitien à tous les niveaux.

L’occasion est bonne de revenir sur l’histoire d’un championnat qui n'est pas parvenu à se stabiliser et à gagner en maturité. Après tout c’est normal, 22 ans, c’est plus que l’âge de la majorité au pays de Dessalines.

Le premier championnat structuré de foot au niveau du pays est né en 1990 sous l’appellation de championat de haut niveau. Il n’y a, au départ, plus de vingt clubs a prendre part, propriétés des classes moyennes locales : de differentes profession liberales. Les joueurs sont amateurs et la plupart en grande majorite ne bossent nulle part. C’est encore la préhistoire pour ce sport très popularise en Haiti qui domine depuis des temps tous les autres disciplines.

Saison après saison, pourtant, la ligue nationale est morte et enterrée. Elle n'a pas eu le temps de se structurer et se faire une place dans le paysage sportif national.

Normalement après plus de 20 ans,ce football s'est accru en maturation, l'existance de la LINAF devrait actée en 2012 sur deux principes majeurs : la professionnalisation et une plus grande indépendance des clubs vis-à-vis du mecenat.

L’euphorie de la nouveauté… puis la chute Toujours partant dès qu’il s’agit de tester des nouveaux trucs, les haitiens se passionnaient rapidement pour cette nouvelle organisation du football, qui drainait beaucoup de spectateurs sur tous les terrains d'haiti qui recevrait cette competition. Il faut dire que le paquet allait être mis par le Zenith,le Violette, le Racing de Port-au-prince,le Crioca,le Roulado de la Gonâve pour plaire au plus grand nombre, avec la venue de joueurs étrangers, d’Amérique du Sud majoritairement.

L’ancien joueur et capitaine de la selection du Bresil championne du monde en 1970 dirigera le Violette comme entraineur principal du vieux tigre. Encouragées par ce succès inaugural, les instances font grossir leur « chose » : de 20 clubs en 1990, le championnat passe à entre 24 ou 25 en 3 ans, puis 20, 18 et 16 en 1999. Une croissance aussi fulgurante n’est pas sans conséquence sur le niveau général pratiqué, qui baisse.

Autre problème : le pays est touché par une crise économique lors de ces dernières années. Or, les finances desclubs restent encore très majoritairement dépendantes du mecenat.

Beaucoup de joueurs étrangers et de dirigeants abondonnent le football. Finie l’époque des Tassot Septimus, d'Harold(zenith), Mazouka(V.A.C) etc. Résultat, les affluences sont divisées par deux,trois,quatre dès que Dadou Jean-Bart s'est approprie du football; une reconstruction vers des bases solides.

A ce tournant , les responsables de la fédération,de l' Etat haitien et les dirigeants des clubs doivent décider de remettre un peu d’ordre. Cette année, lechampionnat passe de 15 à 12 clubs et l'existance d'autres divisions inférieures . Cette forme de réorganisation permet d’offrir une part supplémentaire d’enjeu, grâce aux promotions/relégations.

Il faut que des règlement se standarisent également, suivant celui des grands championnats européens. Autre chose : le paquet doit être mis désormais sur la participation des clubs de haut niveau, de tableau à la Ligue des champions Concacaf, pour faire connaître le football haitien en dehors du territoire, pas dans le sens des clubs de St marc qui sont livrés à eux mêmes sans l'appui de la nation.

Surtout, un effort particulier doit se faire pour encourager la formation des jeunes. Des centres de formations régionaux devront être créés, dont pourront profiter les clubs.

La reconstitution de la LINAF représente l'avenir. Les premiers bénéfices d'un vaste projet à long terme de développement du football, qui doit être entreprrendre sur un plan quinquenal , ne tarderont pas à se voir. Le championnat gagnera en homogénéité.

Autre motif de satisfaction, les joueurs et techniciens locaux seront émancipés. Un quota de joueurs étrangers –Brésiliens majoritairement – peuvent être mis en place pour encourager le phénomène.

L’équipe nationale en profitera, de même que les clubs européens, sud americains du major league qui récuperont des joueurs haitiens excellemment formés etmieux adaptés au football international que par le passé . Après tout, ce temps d’existence, la LINAF aura su apprendre de ses erreurs et exister en propre.

Désormais installée sur des bases solides, elle doit néanmoins pouvoir continuer à progresser, d’autant plus que la concurrence est désormais rude dans la zone Concacaf. àvous les dirigeants de club de faire vos jeux.

STANLEY JEAN-MARY(DOUDY)

lundi, août 20 2012

HOMMAGE A MAESTRO HULRICK PIERRE-LOUIS par Stanley Jean-mary

Stanley.jpgCette éminente et si attachante figure du monde musical haïtien aura marqué son époque d’une manière peu commune;musicien admiré de toutes les générations, serviteur zélé et respecté des contemporains, leader incontournable, caution musicale autant que morale particulièrement recherchée, appui indéfectible pour ses amis et ses confrères, le chef de l’orchestre SEPTENTRIONAL et compositeur HULRICK PIERRE-LOUISt fut une légende de son vivant. Ce musicien pose pourtant –et ce n’est pas là l’un de ses moindres paradoxes– une sorte d’énigme au mélomane d'une génération : si en effet, pour avoir peut-être entendu ou rencontré son nom au détour d’un éphémère programme de radio ou dans quelque ouvrage, ce mélomane s’avisait de vouloir s’en faire une idée plus précise et s’adressait à ses organisateurs de bal par exemple, il en serait vraisemblablement pour ses frais. Mais n’anticipons pas... QUI EST HULRICK PIERRE LOUIS? Je ne sais pas grande chose son enfance, d’ailleurs mon age ne prête guère autorité et de plus aucun bouquin ne relate cette tranche de sa vie.Nous savons comme beaucoup qu'il naquit à Cap-Haïtien le 22 septembre 19288, dans une famille de condition très modeste, et dont les ascendants paternels et maternels, profondément enracinés dans leur terre nordique, comptaient comme pour la plupart des familles du nord cultivateurs, artisans, ouvriers agricoles et petits commerçants ; la plupart d’entre eux ne connaissaient depuis des générations que les rudes conditions de la vie à la campagne, parfois accentuées encore par la dureté des cœurs; de cette longue lignée paysanne du nord. il perdit sa mère très tôt.Il a survécu grâce a ses propres capacités autant qu’à sa tenace volonté .Il est dit que son père qui se passionnait de musique encouragea son progéniture des l'adolescence a la musique. Enfance et adolescence aussi malheureuses que laborieuses donc, prélude à une existence toute de labeur et presque exclusivement dédiée à la musique. Hulrick Pierre-Louis entra dans la vie active très tôt dans des circonstances qui ne laissent pas d’étonner :, la conscience toujours en alerte et faisant déjà preuve d’une maturité et d’un esprit de sacrifice rares à cet âge,plus tard comme adulte,il prendra l'engagement solennel de changer la vie dilettante d'artiste musicien en professionnel convaincu , ce à quoi il donna l’absolue priorité et s’employa dès ce jour avec l’énergie et la ténacité qu’il mettait dans toutes ses entreprises. En conséquence, rien moins que les décennies qui suivirent furent grandement conditionnées par ce serment héroïque : tout en poursuivant sa vie musicale, il dirigera son orchestre avec un courage et une abnégation qui forcent l’admiration.

Lire la suite...

mardi, mars 6 2012

Miss Fabiola, "fière de représenter la culture haïtienne en Russie"

fabiola.jpgPour la première fois, une Haïtienne a remporté un concours de Miss en Russie. La jeune Fabiola Fameux s’est confiée exclusivement à Haïti Press Network sur son parcours à cette compétition et ses études dans la capitale moscovite (Moscou).

Ce concours organisé à l’Université Russe de l’Amitié des Peuples avait débuté le 25 octobre et a duré près de 5 mois avec la participation de 25 concurrentes, toutes des étudiantes de l’université.

miss_fab.jpg

Durant la phase finale, elles n’étaient plus que 10 dont 6 Russes, une Argentine, une Vénézuélienne, une Dominicaine, et Fabiola Fameux, l’Haïtienne choisie par le jury le 2 mars dernier.

"Ce titre représente beaucoup pour moi et je suis fière d’avoir représenté la culture haïtienne en Russie", a déclaré Fabiola à HPN.

Durant le concours, Fabiola Fameux a fait plusieurs prestations promouvant la culture haïtienne. Elle a aussi fait une présentation sur le séisme qui a touché Haïti le 12 janvier 2010.

"Ils (les Russes) disent souvent que Haïti est le pays le plus pauvre, j'ai fait une présentation pour montrer que Haïti est la première République noire du monde", a affirmé la jeune Miss, qui s’est dit fière d’être Haïtienne.

miss_fab1.jpg

"C'était vraiment difficile pour moi, je souffrais beaucoup à cause de mes cours à l’université, mais je n’ai pas abandonné malgré les difficultés rencontrées. Certains me disaient que je n’y arriverais pas parce que je suis une Noire", a indiqué Fabiola Fameux à HPN.

Fabiola Fameux se trouve en Russie depuis 2008, elle étudie les Relations Publiques (en 3ème année). Elle va boucler ses études universitaires en 2014.

Cette jeune Miss, qui vient de montrer une image positive du pays, a plein de projets en tête actuellement surtout avec ce titre de Miss à l’Université Russe de l’Amitié des Peuples.

miss_fab2.jpg

Fédrick Jean Pierre jpfedri@yahoo.fr

samedi, mars 3 2012

Calendrier des fêtes champêtres et Fêtes patronales d'Haïti

Catholiques à l’origine, les fêtes patronales où se mêlent religion, musique et gastronomie, coïncident souvent avec des fêtes vodou. C’est l’Haïti profonde qui vous y convie.

Mois Jour Saint Patron Localité ou Ville Région Janvier 21 Sainte Agnès Beaumont Grand'Anse Janvier 21 Sainte Agnès Marceline Grand'Anse Janvier 21 Notre Dame d'Altagrace Delmas Ouest Janvier 21 Notre Dame d'Altagrace Saint Louis du Sud Sud Janvier 22 Saint Vincent Vallière Nord Janvier 25 Saint Paul et Léon Port-au-Prince Ouest Janvier 28 Saint Thomas d'Aquin Aquin Sud Janvier 28 Saint Thomas d'Aquin Thomassique-Centre Sud Janvier 31 Saint Jean Bosco Haut du Cap Nord Janvier 31 Saint Jean Bosco Pétion Ville Ouest Février 2 Notre Dame de la Chandeleur Gros Morne Artibonite Février 2 Notre Dame de la Chandeleur Cerca Carvajal Centre Février 11 Notre Dame de Lourdes Belladère Centre Février 11 Notre Dame de Lourdes Grand Bassin Nord Est Février 11 Notre Dame de Lourdes Chansolme Nord Ouest Février 11 Notre Dame de Lourdes Moron Grand'Anse Février 11 Notre Dame de Lourdes Belle Fontaine (Croix des Bouquets)Ouest Février 11 Notre Dame de Lourdes Anse à Pitre Sud Est Février 18 Sainte Bernadette Martissant (Port-au-Prince)Ouest Mars 1 Solennité de Saint Joseph Fond des Nègres Grand'Anse Mars 19 Saint Joseph Port-au-Prince Ouest Mars 19 Saint Joseph Torbeck Sud Mars 19 Saint Joseph Damassin Sud Mars 19 Saint Joseph Côtes de Fer Sud-Est

Lire la suite...

vendredi, février 24 2012

A Dieu Nono ( Simon Innocent )

Comme a dit Antoine Dupré :D'après les lois de la nature: Tout nait, tout vit et tout périt ainsi Simon Innocent dit Nono excellent comédien haïtien originaire de Cap-Haïtien nous a laissé en obéïssant à cette loi naturelle le 10 Février 2012.

nono.jpg

Ce samedi 3 Mars 2012, les funérailles de Simon Innocent seront chantées à Port-au-Prince.

nono1.jpg

R. I. P Simon Innocent et condoléances à tous les membres de ta famille et à vos fans

nono2.jpg

Condoléances aussi aux cinéastres haïtiens, aux comédiens et cinéphile de tout genre.

Vivre un extrait de Nono & Cassayol dans Chome-Co

http://www.youtube.com/watch?v=ghkZAKHHkaQ

QUE TON AME REPOSE EN PAIX

jeudi, février 23 2012

Haïti!!!! Quelle triste et malheureuse nouvelle!!!!

Il fallait attendre 36 ans dépuis que Michel Joseph Martelly dit Sweet Micky dès l'âge de 15 ans dans sa profession de musiciens se rendait à Gelée dans les villes de Cayes pour participer à maintes festivals

gelee.jpg

dans une route attroce avec des pires cauchemars.

En faite c'est lui qui aujourd'hui président et agé de 51 ans, qui est le premier à réaliser cette route qui depuis pas mal de temps est mépriser de la tête de certains dirigeants de ce pays.

Martelly_aux_cayes.jpg

Il faut dire aussi que c'est dans sa bonne foi de chef d'état dans une idéologie de changement, de progrès et de développement qu'il a organisé cette année le carnaval national dans cette dite ville qui a apporté tant de bonnes choses aux Cayens et Cayennes du point de vue sociale et économique telles: bureau d'immigration, la route de Gelée, touristes, etc....



Bravo à celui qui a un âme pur et qui travaille pour le progrès et le bien du genre humain. .

Mondestin Sony Pascal, Cap-Haïtien, Haïti

lundi, février 20 2012

Le président Martelly anime le carnaval des Cayes

marte.jpgLe président Michel Martelly a animé le premier jour du carnaval national de la ville des Cayes en prenant la tête des bandes musicales, se mêlant à la foule dans les rues de la ville et en saisissant le microphone pour le plaisir des festivaliers.

ma.jpg

Des dizaines de milliers de personnes ont pris part au premier jour du carnaval national fêté pour la première fois en dehors de Port-au-Prince.

m.jpg

Les chars musicaux ont emprunté la principale avenue de la ville à l’entrée des quatre chemins en passant devant les tribunes installées des deux côtés de la grande avenue entrainant des milliers de danseurs.

Des feux d’artifice ont éclaté au-dessus des têtes des fêtards au premier jour du carnaval retransmis sur le reste du pays, mais aussi à l’étranger par plusieurs chaines de télévision.

Le défilé des groupes musicaux accompagnés de chars allégoriques s’est achevé fort tard dans la nuit de dimanche.

Source: HPN

lundi, février 13 2012

K-Naval Okap 12 Février 2012

Ce dimanche à Cap-Haïtien, c'était un échec par manque de participants et de groupes

Quoiqu'il y ait de la pluie mais la population était quand même au rendez vous.

Du point de vue du comité organisateur on sent déjà une grande faiblesse et du savoir faire pour rayonner le niveau du prestige capois étant qu'exemple dans ces activités. Il faut féliciter le grand journaliste capois Gérard Maxino qui est l'unique artiste et superstar du jour pour les animations.

 BRAVO,  BRAVO,  BRAVO MAXINO

mercredi, février 1 2012

Étymologie du mot carnaval

Étymologie

Le mot carnaval apparaît en français en 1549 sous la forme carneval dans le sens de « fête donnée pendant la période du carnaval ».

Il vient de l'italien carnevale ou carnevalo. Ce mot a pour origine carnelevare, mot latin formé de carne « chair » et levare « ôter »1. Il signifie donc littéralement « entrée en carême ».

Des étymologies fantaisistes ont été jadis avancées, telle que « caro vale ! » : « adieu la chair ! »2.

Jusqu'au XIXe siècle, le mot « carême-prenant » a été utilisé en français à égalité avec « carnaval ». Il a été orthographié de diverses manières : caresme-prenant, quaresmeprenant, etc. On le trouve utilisé dans le journal de Pierre de l'Estoile, chez Molière, etc.

De « carême-prenant » on a dérivé deux expressions, l'une : « tout est de carême-prenant », pour parler de certaines libertés, en particulier dans le domaine des mœurs, qui se prennent ou prenaient traditionnellement pendant le carnaval. L'autre : pour désigner une personne costumée en carnaval, ou, en général, quelqu'un d'habillé de façon ridicule : « Au secours, au secours, votre fille on l'emporte, Des carêmes-prenants lui font passer la porte3, ». « Vous voulez donner votre fille à un carême-prenant4, ».

Du mot « carnaval » on a dérivé les mots « carnavaleux » et « carnavalier ». Le premier désigne dans la région de Dunkerque et au Québec un participant au carnaval5,6. Le second plutôt un artiste créant des œuvres pour le carnaval tels que chars, géants, grosses têtes, etc. Les carnavaliers les plus célèbres en France sont à Nice, où le métier se transmet de père en fils depuis 1870, et où ce mot est traditionnellement utilisé.carnaval.jpg